Les cartes mentales sont-elles des cartes et sont-elles mentales ?

La notion de carte mentale est une notion trompeuse car elle laisse implicitement entendre que la structure qu’elle exprime est analogue à la structure de connaissances de l’apprenant ou de l’enseignant qui la dessine. Elles laissent également entendre qu’on parcourt la structure comme on le ferait avec une carte mentale. Les représentations graphiques utilisées sont cependant rarement des cartes et renvoient rarement à une image du contenu en mémoire mais plutôt à un ensemble de relations considérées à un moment donné au sein d’un ensemble d’items. A cette notion de carte mentale, je préfère la notion de graphe en réseau dont je vais essayer de dresser une typologie non pas axé sur les usages en pédagogie, mais sur les types de structure de connaissances dont ils peuvent rendre compte.
Les cartes conceptuelles sont des représentations graphiques comportant des boites correspondant à des concepts et des liens représentant les relations entre les concepts. Cette notion a été popularisée dans les années 2000 notamment grâce à la diffusion de logiciels comme Cmaps du Florida Institute for Human and Machine Cognition (Daley, Cañas, & Stark-Schweitzer, 2007) ou Mot du LICEF (Paquette, 2002) qui permettent d’organiser le contenu. Ils font de plus en plus leur apparition dans les plateformes pédagogiques où ils sont utilisés notamment pour faire exprimer aux apprenants les relations entre les notions qu’ils ont acquises.
L’utilisation de cartes mentales (mind mapping) est souvent présentée comme une solution innovante et parée de nombreuses vertus pédagogiques (Buzan, Buzan, Harrison, & Bouvier, 2012; Buzan et al., 2012; Deladrière, 2004). Elles sont utilisées pour structurer le contenu à enseigner, favoriser la réflexion et un apprentissage plus profond de la part de l’élève ou pour évaluer sa compréhension (Delorme, Delestre, & Pécuchet, 2004; Novak & Gowin, 1984). Cependant, le statut de cette représentation graphique est ambigüe qui tantôt est supposée refléter l’organisation des connaissances en mémoire de l’élève ou de l’enseignant, tantôt est considérée comme de simples représentations graphiques externes visant à aider la réflexion sur un contenu.
Les usages de ce type de formalisme sont très variés : décrire un modèle théorique, un processus ; planifier un enseignement ; résumer un article, un livre, un texte, une conférence ; préparer un examen ; brainstorming ; etc. La notion est très polysémique. On trouve sous cette appellation des notions dont les contours, selon les auteurs, sont plus ou moins stabilisés et qui ne se recouvrent que partiellement : carte ou réseau conceptuel, de connaissances ; réseau sémantique; schéma de concepts ; carte mentale ; carte heuristique etc. (Le Deuff, 2011).
La notion de carte mentale recouvre donc des réalités diverses et pour un psychologue, cette usage de la notion de carte mentale est surprenant car, à bien y réfléchir, s’agit-il vraiment d’une carte et qu’a-t-elle de mentale ? La notion de carte mentale, bien connue en psychologie, est plus restrictive que l’usage qui en est fait dans ce contexte puisqu’il s’agit d’une représentation des relations topologiques entretenues par un certain nombre d’éléments et qui s’accompagnent parfois l‘existence d’une métrique sur ces relations. Ce n’est qu’à ces deux conditions qu’il est possible de parler de carte. Elle pourra être qualifiée de mentale si on peut montrer qu’elle correspond à la représentation d’un individu.
Les expressions « cartes heuristique » ou « schéma heuristique », rarement « réseau », sont également très utilisées par les adeptes du « mind mapping ». Ces notions sont en générale distinguée des cartes conceptuelles à cause de leur valeur d’aide à la réflexion. De notre point de vue, ce sont l’ensemble des graphes en réseau qui ont une valeur heuristique. Un réseau sémantique ne constitue pas moins une aide à la réflexion sur les concepts que la modélisation d’un processus à travers un schéma.

Sans titre

Figure 2 Le réseau sémantique de la notion de graphe

Dans la plupart des usages qui sont fait de ce formalisme, les relations entre les éléments dans le graphique ne reflètent ni une topologie, ni une métrique. Ainsi dans les réseaux conceptuels ou les schémas fonctionnels, ce sont des relations sémantiques pour les premiers et des relations fonctionnelles pour les seconds qui organisent les éléments dans le graphe. Je propose donc de réserver la notion de carte à l’expression de relations spatiales et de privilégier la notion de « graphe en réseau » en lieu et place du vocable « carte mentale ». Cette notion peut être déclinée en quatre sous-catégories qui renvoient à des processus cognitif très différents.

  • Les cartes (mentale ou non) qui expriment des relations topographiques et éventuellement métriques entre les éléments (exemple : plan de métro, cartes routières).
  •  Les schémas qui servent à rendre compte des relations entre les différentes parties d’un tout ou d’un système. Les schémas se subdivisent en deux sous-classes, les schémas fonctionnels et les schémas temporels.
  • Les réseaux conceptuels servent à rendre compte des relations entre concepts. Deux cas particuliers sont constitués par les réseaux causaux (relation de cause à effet entre les concepts) et les réseaux sémantiques (relation d’implication sémantique entre concepts).
  • Les réseaux propositionnels caractérisés par le fait que chaque couple d’éléments et la relation qui les unit forment une proposition. Dans ce type de réseaux, il est nécessaire d’étiqueter les relations du fait de leur hétérogénéité.

Une telle typologie présente l’avantage d’expliciter le type de relation et de notions organisées dans le graphe, mais surtout de clarifier le type de représentation mentale et les processus à l’œuvre dans leur construction et leur traitement.
BIibliographie

Pour citer cet article : Meunier, J.M.,(04/03/2016) "Les cartes mentales sont-elles des cartes et sont-elles mentales ?,"[blog] Cognition et numérique, avalialable at https://cogninum.hypotheses.org/39 [accessed 22/07/2017].

2 réflexions au sujet de « Les cartes mentales sont-elles des cartes et sont-elles mentales ? »

  1. Bonjour
    Merci à vous pour le partage de votre carnet de recherche qui permet une mise au point rigoureuse sur ces différents outils. Il est vrai qu’à propos des cartes heuristiques ou « graphes en réseau » comme vous les nommez, nous pouvons lire beaucoup de choses approximatives et votre typologie est donc très utile.
    Je suis enseignant d’histoire géographie en collège et formateur dans l’Académie de Lille. J’utilise la pratique des cartes heuristiques dans mes classes et en formation, et persuadé de ce que ces outils visuels peuvent apporter, j’ai créé un blog pour partager le travail mené avec mes élèves et des collègues.
    http://classemapping.blogspot.com/
    J’ai également développé un outil de veille sur internet à propos des cartes heuristiques comme outil d’enseignement.
    http://www.scoop.it/t/classemapping
    Ces « graphes en réseau » sont des leviers pédagogiques polyvalents et particulièrement intéressants. Un outil de plus pour amener l’ensemble des élèves à progresser.
    A propos de l’expression « carte mentale », c’est également un outil utilisé par les géographes pour représenter l’espace vécu d’usagers d’un territoire.
    Encore merci pour votre série d’articles
    Cordialement
    Lucas Gruez

    • Merci à vous pour ce partage d’informations très intéressantes. Cela va me permettre de regarder d’un peu plus près les usages qu’en font les géographes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *