Apprentissage des statistiques avec Jamovi

Références :  Navarro D.J. and Foxcroft D.R. (2020). Apprentissage des statistiques avec Jamovi : un tutoriel pour les étudiants en psychologie et autres débutants. (Version 0.70). (J.M. Meunier, Trad.). Consulté à l’adresse https://jmeunierp8.github.io/ManuelJamovi/

Souhaitant moi-même utiliser Jamovi avec mes étudiants de l’institut d’enseignement à distance de l’université Paris 8, il me fallait un manuel en français à mettre à leur disposition. Comme toujours, avant de se lancer dans ce travail passionnant, mais il faut bien le dire un peu ingrat parce que peu valorisé dans nos activités de chercheurs, un tour d’horizon sur la toile permet de voir ce que les collègues ont déjà réalisés. C’est ainsi que j’ai découvert cet excellent manuel. Je n’ai pas trouvé d’équivalent en français. Ce contenu va bien au-delà de ce que je leur enseigne habituellement parce que j’ai tendance, comme bien des collègues à réduire l’ambition à mesure que se réduisent les heures consacrées à la méthodologie. C’est bien sûr une erreur, mais il faut bien trouver un compromis. L’autre voie consiste à concevoir un cours non pas comme une synthèse des connaissances à un moment donné, mais comme un trousseau de clés permettant l’explorer un domaine de connaissances. C’est toutes la philosophie du projet Ontostats que je mène avec quelques collègues (Ces clés sont les concepts et les méthodes, mais aussi les controverses qui animent la communauté scientifique. De mon point de vue cet ouvrage, permet de relever ce défi. Il est plus qu’un manuel d’utilisation de Jamovi. Si vous regardez bien la part qui est consacrée au logiciel est d’ailleurs assez congrue et surtout bien séparée de la présentation conceptuelle des méthodes. Il pourrait donc parfaitement être mixé avec la présentation d’autres logiciels sans que cela nuise à la cohérence de l’ensemble. Cela a déjà été fait puisqu’à l’origine ce manuel s’appuyait sur le logiciel R (Navarro 2014) et qu’il existe une version de ce même manuel pour le logiciel JASP (Navarro, Foxcroft, and Faulkenberry 2019). De mon point de vue, c’est une grande qualité.

Près de cinq cents pages pour un manuel, même s’il couvre les trois années du premier cycle (et un peu au-delà), c’est énorme, bien plus que la plupart des manuels. Je comprendrais que certains étudiants soient effrayés par l’ampleur de la tâche surtout sur un domaine aussi ardu et à certains égards rebutant que les statistiques. A ces étudiants, je recommande de lire l’excellent chapitre introductif et surtout l’épilogue. Je veux aussi rappeler à tous les étudiants qu’un manuel n’est pas une bible, mais un outil permettant de répondre à un certain nombre de questions et de résoudre des problèmes, notamment ceux que vous rencontrerez dans vos exercices ou dans votre future activité professionnelle. Il ne présente pas de vérité absolue et les auteurs le rappellent régulièrement dans l’ouvrage. Cependant, pour qu’il devienne instrument, vous devez vous approprier l’ouvrage et acquérir les concepts nécessaires à sa manipulation efficiente. En d’autres termes, ce qui est attendu de vous n’est pas votre capacité à restituer le contenu du manuel, mais votre capacité à vous en servir pour résoudre des problèmes. C’est pour cela que vous avez encore des cours en plus du manuel. Ce dernier ne contient pas d’exercice. Ce sera probablement pour une prochaine version. Mais parallèlement au cours ou après lors d’un travail de recherche, un ouvrage tel que celui-ci ne se consulte pas uniquement de manière linéaire, même si les chapitres ont été pensés pour répondre à une progression et même si votre enseignant vous a prescrit la lecture de certains chapitres. Les multiples renvois dans les chapitres facilitent largement une telle lecture et vous pouvez aussi l’enrichir avec vos propres signets ou notes personnelles d’autant plus facilement que les outils informatiques d’annotations permettent de travailler collaborativement autour d’un même document (voir par exemple les possibilités offertes par outil comme hypothesis que nous utilisons dans un autre projet à l’institut).1

Ne me sentant ni l’envie, ni les compétences de le singer en réécrivant quelque chose de similaire à ma sauce, il m’est apparu évident qu’il fallait en faire une traduction, choix d’autant plus facile que les auteurs ont eu la gentillesse de mettre l’ouvrage sous licence creative commons. La traduction que je vous propose ici a été réalisée durant mes congés d’été, faute d’avoir le temps avec le reste de mes multiples activités. Mes compétences en anglais étant modestes, je confesse m’être appuyé pour certains passages sur des outils de traduction automatiques (deepl.com) pour dégrossir le travail. Il en reste peut-être quelques scories, je vous prie de m’en excuser et de me les signaler gentiment pour les prochaines versions. Je n’ai également pas pris le temps de traduire les graphiques ou certains tableaux. En ce qui concerne l’utilisation de Jamovi, J’ai fait le choix de ne pas traduire les références aux différents menus et commandes tant que nous n’avons pas de version française afin de ne pas perdre les lecteurs lorsqu’ils sont face du logiciel. Enfin, au cours de ce travail, j’ai découvert ou redécouvert beaucoup de choses. Il est très probable que cette traduction contienne des erreurs et sûrement beaucoup de coquilles, mais comme les erreurs de traduction, si vous me les signalez gentiment. Celles-ci sont recensées dans le fil d’annotation hypothesis permettant de proposer le correctif au fur et à mesure. Bien sûr, celles-ci seront corrigées dans la prochaine version.

Pour citer cet article : Meunier, J.M.,(05/10/2020) "Apprentissage des statistiques avec Jamovi,"[blog] Cognition et numérique, avalialable at https://cogninum.hypotheses.org/207 [accessed 10/12/2022]. ISSN 2495-6414.

Une réflexion sur « Apprentissage des statistiques avec Jamovi »

  1. Merci beaucoup pour ce gros travail, cher confrère, très utile, et qui permet d’entrer très vite dans le logiciel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.